Trop d’accidents de la route en lien avec le travail.

 
 
Trop d’accidents de la route en lien avec le travail.

Le risque routier professionnel constitue l’une des priorités de la politique de sécurité routière du gouvernement. La réussite de cet objectif requiert une forte implication des services de l’État et de l’ensemble des partenaires, tant au niveau national qu’au niveau local.

Le 27 mars dernier, un comité de pilotage sur le Risque Routier Professionnel a été mis en place, à la préfecture de la Lozère, sous la présidence de Sophie BOUDOT, directrice des services du cabinet, cheffe de projet sécurité routière, afin que puissent être rapidement engagées des actions communes en direction des entreprises et des branches professionnelles concernées, pour réduire les risques d’accidents liés au travail.

A cette occasion, il a été décidé d’organiser un colloque sur le risque routier professionnel qui se tiendra à Mende, le 08 octobre prochain, où seront invités toutes les entreprises et branches professionnelles du département ainsi que tous les acteurs de prévention. Des réunions du groupe de travail, désormais constitué, affineront les modalités d’organisations du futur colloque.

Un constat est partagé par tous : un accident mortel sur deux au travail est lié à la route.

On distingue :

  1. les accidents de missions qui surviennent pendant le temps de travail
  2. les accidents de trajets qui surviennent entre le domicile et le lieu de travail ou entre ce dernier et le lieu de restauration.

En Occitanie, entre 2014 et 2016, on comptait près de 2000 accidents de mission par an et une durée moyenne d’arrêts de travail qui augmente, passant de 56 jours en 2014 à 76 jours en 2016. L’employeur a une prise directe sur ce type d’accident, car il peut agir sur l’organisation des trajets, la gestion des véhicules, des compétences et des communications.

Les accidents de trajets sont 3 fois plus nombreux que les accidents de mission. Ils représentent une difficulté particulière pour les employeurs qui ne sont pas responsables du mode de transport choisi par les salariés. Pour ce type d’accident, la durée moyenne d’arrêts de travail est en forte croissance tout comme le nombre d’arrêts de travail.