COVID-19 : aide aux sans-abri en Lozère

 
 
Aide aux sans-abri en Lozère

Face à l’épidémie de COVID-19, l’État en Lozère se mobilise avec ses partenaires auprès des populations les plus précaires en déployant le dispositif de chèques-services, en complément des actions des collectivités locales et des associations qui demeurent indispensables.

Des chèques-services pour permettre l’accès aux produits d’alimentation et d’hygiène

Le ministère chargé de la Ville et du Logement a lancé la distribution des chèques-services pour favoriser l’accès aux produits d’alimentation et d’hygiène de plus de 60 000 personnes sans domicile en France, pour un montant total de 15 millions d’euros, sur toute la durée de la crise sanitaire.

Plus de 100 personnes sans ressources, sans domicile, en habitat précaire ou en hébergement d’urgence bénéficient de ce dispositif en Lozère depuis les premières distributions le 9 avril.

Les bénéficiaires reçoivent les chèques-services des mains des travailleurs sociaux, dont la mobilisation est à saluer, au sein des associations chargées de l’hébergement et de l’accompagnement des personnes sans domicile, des maisons départementales des solidarités et de la Mission locale pour l’insertion des jeunes. La direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de la Lozère (D.D.C.S.P.P.) met les chèques-services à la disposition de ces structures, en coordination avec le service intégré d’accueil et d’orientation de la Lozère, qui favorise l’insertion et l’accès au logement des plus précaires.

Les chèques-services correspondent à un montant de 7par personne et par jour, ils s’utilisent en complément des maraudes et distributions d’aide alimentaire déjà en place. Ils sont acceptés directement dans plus de 200 enseignes réparties à travers la Lozère, contre des denrées alimentaires et des produits d’hygiène.

Un nombre de places d’hébergement inédit

Toute l’année, les Lozériennes et Lozériens sans logement ont accès à 230 places en hébergement d’urgence ou en logement adapté. Le confinement a suscité de nouvelles demandes : 10 places supplémentaires ont été ouvertes depuis le mois de mars pour les satisfaire. En France, un total de 157 000 personnes sont hébergées chaque soir grâce au dispositif ordinaire d’hébergement d’urgence.

L’hébergement des personnes en situation de précarité atteintes du COVID-19 va de pair avec la surveillance de leur état de santé, même s’il ne nécessite pas d’hospitalisation. Depuis le 23 mars, un centre d’hébergement spécialisé pour malades sans gravité du COVID-19 est en capacité d’accueillir à Mende des personnes hébergées en Lozère dans les dispositifs d’urgence, en cohabitation ou logées dans des conditions précaires et qui ne pourraient pas se maintenir dans leur logement durant le temps de leur convalescence.

En coordination avec l’Agence régionale de santé d’Occitanie, la D.D.C.S.P.P. a coordonné la mise sur pied de ce centre, porté par l’association La Traverse et installé dans des locaux communaux mis à disposition par la société anonyme immobilière d’économie mixte de Mende, où 20 places peuvent être mobilisées sur avis médical. Les personnes accompagnées disposeront pendant leur séjour de services de restauration, d’entretien et de blanchisserie et surtout, deux infirmiers se relaieront matin et soir pour assurer la surveillance sanitaire.

Un appui de l’État aux communes et aux associations

Grâce à l’engagement des maires depuis le 16 mars, la D.D.C.S.P.P. dispose d’une liste actualisée des personnes vulnérables dans le département, à qui elle peut proposer des solutions pour satisfaire leurs besoins essentiels en lien avec les professionnels et les bénévoles du secteur associatif.

Tous les acteurs de la solidarité locale peuvent se faire connaître sur le site jeveuxaider.gouv.fr qui est devenu depuis le 30 mars la plateforme incontournable du bénévolat sur quatre missions vitales : aide alimentaire et d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées et solidarité de proximité. La Réserve civique COVID-19 s’enrichit régulièrement de nouvelles missions de structures publiques ou associatives du département, qui contribuent à soutenir les personnes isolées vulnérables en s’appuyant sur des réseaux de solidarité de proximité.

Réserve civique COVID-19
 
 

A lire également :