Cyanobactéries : vigilance au bord des lacs et cours d’eau

 
 
Vigilance aux cyanobactéries au bord des lacs et cours d’eau

Mardi 21 juillet 2020, un contrôle sanitaire de la délégation départementale de la Lozère de l’Agence régionale de santé d’Occitanie dans le lac de Naussac près du Mas d’Armand (commune de Langogne) a révélé la présence de cellules de cyanobactéries en quantité supérieure au seuil d’alerte, qui donne lieu à des conseils de vigilance accrue lors de la pratique de toute activité aquatique. Pour réduire le risque d’accident lié aux cyanobactéries, il est important de connaitre ces organismes et de s’en protéger.

Les cyanobactéries sont des organismes microscopiques qu’on trouve dans tous les milieux aquatiques (surtout en eaux calmes entre 15 et 25 °C), en suspension dans l’eau ou fixées à un support immergé. Elles se développent dans l’eau sur les algues, plantes ou sédiments puis migrent en surface. Comme ces différents êtres vivants, les cyanobactéries participent à l’autoépuration des cours d’eau et produisent des molécules aussi utiles pour certaines (antibiotiques, antiviraux) que néfastes pour d’autres (toxines).

La présence de cyanobactéries dans une rivière ou un lac n’est problématique que si elles prolifèrent. Elles peuvent alors sécréter d’importantes quantités de toxines dangereuses pour l’homme et l’animal.

  • Chez l’homme, le contact avec des cyanobactéries pendant une baignade peut provoquer boutons et irritation ; en cas d’ingestion peuvent survenir tremblements, fièvre, douleurs abdominales, douleurs musculaires, nausées ou vomissements.
  • Chez les chiens ayant mangé des cyanobactéries, on observe tremblements des pattes arrière, perte d’équilibre, état anxieux, nausées, yeux globuleux ou bave.

En France, aucun décès de personne dû aux cyanobactéries n’a été recensé. En Lozère, plusieurs décès de chiens ont été causés par l’ingestion de cyanobactéries ou de toxines lors de baignades.

En tout état de cause durant les activités aquatiques, il est conseillé :

  • d’éviter tout contact avec des zones d’eau stagnantes comportant un dépôt d’algues abondant, une irisation de couleur verte ou de la mousse ;
  • de ne pas boire l’eau de la rivière ou du plan d’eau ;
  • de prendre une douche soignée après la baignade ou la pratique d’activités de loisirs nautiques ;
  • de nettoyer le matériel et les équipements de loisir nautique après usage ;
  • de consulter un médecin en cas d’apparition de troubles de la santé, en lui précisant la pratique d’activités aquatiques si la prolifération de cyanobactéries est avérée sur la zone.

En cas de franchissement d’un nouveau seuil d’alerte, un arrêté interdisant la baignade sur les sites touchés pourra être publié. Les maires de Lozère prennent toutes les dispositions nécessaires à une baignade sure en fonction des relevés de l’A.R.S. Les dernières informations sont disponibles et mises à jour régulièrement dans la rubrique « Eaux de baignade » de ce site.

Pour connaitre l’état des milieux aquatiques de Lozère lors de leur dernier contrôle, les Agences de l’eau et l’Office français de la biodiversité mettent à la disposition du public des millions de données sur www.eaufrance.fr mais également sur l’application mobile Qualité Rivière, à télécharger depuis le Google Play Store ou l’Apple App Store.