La gestion des espaces pastoraux

 
 

Les activités d’élevage sur le territoire sont majoritairement à vocation pastorale. Elles ont façonné de vastes territoires en valorisant des espaces souvent peu propices à d'autres formes d'agriculture comme les estives, les pelouses et les landes.

Pour les exploitations, les aménagements sur les zones d'estive, de parcours et de prairie sont une réponse aux épisodes récurrents de sécheresse. Ils permettent d'apporter aux exploitations des ressources fourragères supplémentaires et d’augmenter la période de pâturage et l’autonomie fourragère.

http://www.europe-en-occitanie.eu/7-6-6-Gestion-des-espaces-pastoraux-volet-investissements

Peuvent déposer un dossier :

  • Groupements Pastoraux (GP),
  •  Associations Foncières Pastorales (AFP),
  •  Collectivités et leurs groupements, PNR et parc national,
  •  Sections de communes,
  •  ASA de travaux.

Les porteurs de projets individuels ne sont pas éligibles.

Le demandeur devra mettre en évidence la façon dont son projet contribue à l’amélioration de l'autonomie fourragère sur la parcelle aménagée.

Ce qui est financable :

  • Travaux de reconquête pastorale : ouverture des milieux, débroussaillement.
  •  Aménagements pastoraux : parcs, clôtures fixes, points d’abreuvement, petits aménagements fonciers.
  •  Main d’œuvre pour la pose de clôtures.
  •  Uniquement dans le cas de projets mis en œuvre sur des parcelles exploitées par des nouveaux exploitants : travaux d'améliorations foncières (défrichement, dessouchage, nivellement...). Les dépenses de travaux d’épierrage/dérochage/enlèvement d’obstacle/broyage de pierre ne sont pas éligibles seuls et sont limités à 30% du montant total des travaux réalisés sur la parcelle concernée par les travaux.