En Lozère, une journée dédiée aux droits des femmes

 
 
En Lozère, une journée dédiée aux droits des femmes

Valérie Hatsch, Préfète de la Lozère, a participé à plusieurs rendez-vous dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, ce lundi 8 mars. L’occasion de dénoncer la gravité et la multiplicité des violences conjugales, sexistes et sexuelles, dont les femmes sont les principales victimes dans la sphère privée et publique.

Cette lutte nécessite une action publique toujours plus active, plus renforcée, interministérielle et partenariale, en liaison étroite avec les acteurs locaux.

« En cette période de crise sanitaire, qui représente un risque supplémentaire d’exposition aux violences, nous devons collectivement redoubler d’efforts et de vigilance. La lutte contre les violences faites aux femmes est un combat de chaque instant et nous concerne tous » a rappelé Valérie Hatsch, Préfète de la Lozère au cours de ses différentes visites de terrain en cette journée dédiée aux droits des femmes.

D’abord à la DDSP où une rencontre était organisée avec des fonctionnaires féminines de chaque corps et des trois filières métier : "paix et ordre public", "investigation" et "renseignement", avant une visite des vestiaires féminins, récemment réalisés.

Puis au groupement de gendarmerie départementale où Valérie Hatsch a rencontré et échangé avec les forces de l’ordre mobilisées et formées aux dispositifs en matière de prévention et d'accompagnement des victimes de violences conjugales. La gendarmerie de Lozère est en pointe en matière de formation et d’animation de réseaux sur ce sujet.

La matinée s’est poursuivie à la maison de la Région pour participer à une émission radio autour du thème de la mixité professionnelle en présence de Guylène Pantel, sénatrice, Aurélie Maillols, vice-présidente de la Région et Christine Chapelle, présidente du CIDFF.

Puis, à l'invitation de Guylène Pantel, sénatrice, Valérie Hatsch a participé à un temps d'échanges sur la thématique "femme et ruralité en 2021" aux côtés d'Aurélie Maillols, vice-présidente de la Région Occitanie, Christine Chapelle, présidente du CIDFF48 et des maires lozériennes.

Cette journée a été également marquée par une nouvelle étape du contrat local de mobilisation des violences sexistes et sexuelles avec la signature, au côté de Christine Chapelle, présidente du CIDFF48 et de Margot Gneiting, substitut du procureur représentant Vincent Blériot, procureur de la République, de la charte de confidentialité marquant la création de la cellule de suivi des victimes.

  1. Compte-tenu des restrictions sanitaires liées à la crise COVID19, la charte sera ensuite signée par les autres partenaires du dispositif.
  2. Ses membres ont pour mission de débloquer les situations les plus urgentes, les plus préoccupantes et pour lesquelles des difficultés d’ordres administratives ou autres ont été rencontrées.
  3. L’objectif est d’évaluer la situation pour y apporter toute solution en s’appuyant sur les compétences de chacun. Elle complète les dispositifs déjà mis en place pour
    accentuer encore la qualité de la prise en charge des victimes.

Cette journée s’est achevée par la présentation à la presse du bilan du contrat local de mobilisation contre les violences faites aux femmes dont de nombreuses actions ont vu le jour en 2020 en matière de prévention, de sécurité et d’accompagnement. Parmi ces actions, la signature du protocole de coopération et d’échanges entre l’hôpital Lozère et la DDSP, la signature du protocole local mettant en service initial 3 bracelets anti-rapprochement dans le département ...

Retrouvez ici l’intégralité du bilan 2020 du contrat local dans notre dossier de presse :

 DP - Bilan du contrat local de mobilisation des violences sexistes et sexuelles