Le programme Petites Villes de Demain installé en Lozère

 
 
Le programme Petites Villes de Demain installé en Lozère

Le programme est déployé sur une durée de 6 ans (2020 à 2026). Un budget de 3 milliards d’euros lui est consacré : le programme Petites Villes de Demain  (PVD) est un programme accélérateur de la relance.

Au niveau national, il est dimensionné pour accompagner 1 000 Petites Villes de Demain, qui correspondent à 1 000 EPCI, pouvant regrouper plusieurs collectivités lauréates.

En Occitanie, 225 communes ont été sélectionnées pour 120 « PVD ».

En Lozère, 14 communes ont été sélectionnées pour 5 « PVD » :

  • Communauté de communes du Gévaudan en partenariat avec les communes de Marvejols et de Bourgs-sur-Colagne ;
  • Communauté de communes du Haut-Allier en partenariat avec les communes de Langogne et de Bel-Air-Val-d’Ance ;
  • Communauté de communes Gorges-Causses-Cévennes en partenariat avec les communes de Florac-Trois-Rivières, Meyrueis, Ispagnac et Gorges-du-Tarn-Causses ;
  • Communauté de communes Terres-d’Apcher-Margeride-Aubrac en partenariat avec la commune de St Chély-d’Apcher ;
  • Communauté de communes Aubrac-Lot-Causses-Tarn en partenariat avec les communes de La Canourgue, Banassac-Canilhac, Chanac, Massegros-Causses-Gorges et St Germain-du-Teil.

Ce mercredi 24 mars 2021 à Chanac, la signature des 5 conventions d’adhésion entre l’État et les 14 communes lauréates lozériennes marque l’entrée des collectivités lauréates dans le programme national, et leur permet ainsi de bénéficier des différents dispositifs d’accompagnement proposés dans le cadre du programme.

« Petites villes de demain » est un programme national coconstruit et adapté aux spécificités territoriales, officiellement lancé le 1er octobre 2020 par Mme Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Il associe différents partenaires au niveau national, comme la Banque des territoires (BDT), l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (ANAH), le Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), la fédération nationale des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), la fédération des Parcs naturels régionaux (PNR) de France, les chambres consulaires, la Mutualité sociale agricole (MSA), Sites et cités remarquables de France, l’Association pour l’emploi des cadres (APEC), etc.

En partant d’un projet global de revitalisation, il a pour objectif de donner aux élus les moyens de concrétiser leurs projets et de conforter la fonction de centralité dynamique et attractive de ces petites villes, pour leurs habitants comme pour le territoire environnant.

L’appui du programme consiste en :

  • une ingénierie de projet autour de grands objectifs : amélioration de l’habitat et du cadre de vie, développement des services et des activités, valorisation des qualités architecturales et patrimoniales, implication des habitants dans les projets ;
  • un appui financier sur des mesures thématiques ciblées et sur de l’ingénierie : mobilisation par l’État de ses fonds et dotations, soutien au financement des chefs de projets (75 %), possibilité de financement à 100 % par la BDT d’une assistance ponctuelle au management de projet (aide à la définition des projets de territoire), soutien au financement d’études, d’innovations et d’expérimentations ;
  • un appui en information/formation, l’accès au « Club PVD » : organisation de journées de sensibilisation dans chaque région (CEREMA), construction d’un parcours de formation (CEREMA), Forum des solutions…

Les collectivités lauréates pourront bénéficier des aides du programme dès la signature d’une convention d’adhésion par la commune et l’intercommunalité, complétée dans un délai maximal de 18 mois par une convention-cadre qui vaudra ORT (opération de revitalisation du territoire) et aura vocation à s’intégrer dans les futurs contrats de ruralité de relance et de transition écologique (CRTE)

A lire :

Document Listes-des-communautes-de-communes-et communes-Petites villes de demain
Document Petite-Ville-de-demain_Dossier-de-presentation
Document Brochure_operation-de-revitalisation-de-territoire

Quelques repères :

  • Ce programme d’appui spécifique en faveur de la revitalisation des centres des petites villes, intitulé « Petites villes de demain » s’inscrit dans le cadre des actions de l’Agenda Rural, annoncé le 19 septembre 2019, lors du congrès annuel de l’Association des petites villes de France.
  • Il s’appuie sur  le rapport « Ruralités : une ambition à partager », présenté à la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, le 26 juillet 2019.
  • La mobilisation des élus a été forte pour porter leur candidature et le programme présente une forte dimension territoriale en Lozère.
  • Rapidement, la Préfète de la Lozère a saisi les présidents des dix EPCI Lozériens pour leur préciser les modalités de sélections et le calendrier des remontées de candidatures. Les candidatures ont été regroupées à l’échelle d’un EPCI et choisies à l’échelle d’un EPCI.
  • Le programme associe différents partenaires au niveau national, comme la Banque des territoires (BDT), l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (ANAH), le Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), la fédération nationale des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), la fédération des Parcs naturels régionaux (PNR) de France, les chambres consulaires, la Mutualité sociale agricole (MSA), Sites et cités remarquables de France, l’Association pour l’emploi des cadres (APEC), etc.
  • Les critères de sélection ont porté sur quatre critères  :

- les villes de moins de 20 000 habitants ;

- n’appartenant pas à un grand pôle urbain (supérieur à 10 000 emplois) ;

- exerçant des fonctions de centralité avérées ;

- soumises à des facteurs de fragilité (économique, sociale, sociétale…)