Archives communiqués de presse

Attaques de troupeaux par des chiens

 
 
Troupeau Brebis

Des tirs de nuit sont programmés

Des attaques sur des troupeaux de brebis par des chiens ont eu lieu ces dernières semaines sur certains territoires des communes de Florac, Montbrun et Vebron, situés sur le causse Méjean. Au total une trentaine de brebis ont été perdues.

Face à cette situation les dispositifs de piégeage mis en œuvre se sont révélés inefficaces.

En complément, Philippe VIGNES préfet de la Lozère, a décidé la mise en œuvre de tirs  de défense des troupeaux domestiques contre la prédation de chiens errants qui se dérouleront les nuits des mardis 5, mercredi 6 et jeudi 7 juin 2012 de 20 H 00 à 8H 00. Les interventions auront lieu sur certaines parties des communes de Florac, Hures-la-Parade, Mas-St-Chély, Montbrun et Vebron.

Les tirs concernent uniquement les chiens en état de divagation identifiés comme ayant causé des dommages aux troupeaux, ou suceptibles d’en causer et dont la capture s’avère impossible.

Interviendront les agents de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), du Parc national des Cévennes (PNC) et les lieutenants de louveterie, tous dûment habilités.

Il est demandé à tous les propriétaires de chien du secteur concerné de garder leur animal en laisse, ou en lieu clos, voire au domicile de manière qu’il ne puisse divaguer, pour d’une part éviter toute confusion et d’autre part, favoriser le bon déroulement de l’opération.

La mesure prise est proportionnée aux pertes et aux risques. Elle concerne un territoire limité, pour une période nocturne bien circonscrite. Seuls interviendront des personnels clairement identifiés. Au passage, est abrogé l'arrêté très général datant de 2002, et devenu obsolète compte tenu de l'évolution législative et réglementaire.

 

RAPPEL :

Est considéré comme divagant, tout chien qui, en dehors d’une action de chasse ou de la garde d’un troupeau, n’est pas plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable, d’une distance de plus de cent mètres. Tout chien abandonné, livré à son seul instinct,  est considéré comme en état de divagation (article L211-23 du Code rural).