Archives communiqués de presse

Sécheresse Du mieux au nord, dégradation au sud

 
 

Les pluies de cette dernière quinzaine n'ont pas été également réparties sur le département.

Au nord, elles ont été plus abondantes et ont permis sur le bassin versant de la Truyère de revenir du seuil d'alerte renforcée au seuil d'alerte. Donc, l'irrigation des prairies est autorisée tous les jours ainsi que l'arrosage des terrains de sport. Il reste toutefois des contraintes horaires. De même, les pluies ont maintenu les débits en l'état sur le Lot, le Bramont, la Colagne, l'Allier, le Chassezac, les Gardons et le Tarn. Par contre, dans le sud-est, pour le bassin versant du Tarnon, la situation, jusque là « vigilance », se dégrade. Les précipitations ont été beaucoup plus éparses et suffisantes pour remonter les débits des rivières. Ce bassin passe donc lui aussi en alerte. Il y a donc une harmonisation du département sur les mêmes contraintes.

 

Les prévisions météorologiques annoncées à court terme ne sont pas de nature à inverser la situation.

 

Par arrêté n° 2011-221-0003 du 9 août 2011,

tout le département est placé au seuil d'alerte.

 

 

La direction départementale des territoires (DDT), chargée de la police de l'eau, contrôle les débits deux fois par semaine. Cette fréquence d’actualisation permet une visualisation en temps réel des variations des débits des rivières. En cas de passage de l’un des débits de référence sous un seuil de l’arrêté préfectoral, le préfet pourra ainsi décider de l’opportunité d’un déclenchement des mesures de restriction correspondantes pour le bassin versant concerné.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur le site internet des services de l'État en Lozère : www.lozere.gouv.fr , rubrique Les actions de-l'Etat / Biodiversite-Eau-Foret ou dans les « Actualités ».

 

alerte
  • l’arrosage des jardins privés (pelouses, fleurs, potagers, …) de 22 heures à 19 heures et pour le mois de septembre de 22 heures à 18 heures ,
  • l’arrosage des terrains de sport et des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics de 11 heures à 19 heures,
  • le remplissage des piscines des particuliers, à l’exception des piscines en cours de construction pour des raisons techniques, sécuritaires et économiques,
  • le lavage des véhicules hormis le lavage dans les installations commerciales (cette interdiction ne s’applique ni aux épareuses, ni aux véhicules dont l’usage nécessite, à titre sanitaire, le nettoyage),
  • l’alimentation en eau des canaux à titre d’agrément, en particulier ceux desservant les anciens moulins (une attention particulière sera donnée à ces opérations afin de ne pas porter préjudice à la faune piscicole lors de la fermeture de ces canaux) sur le cours d'eau de la Colagne (entre le barrage de Charpal et la station limnimétrique du Monastier Pin-Moriès).

Usages économiques

 

Afin de limiter les prélèvements dans les cours d’eau, leur nappe d’accompagnement ou au sein de forages plus profonds, il est interdit :

  • d’irriguer les prairies de 11 h à 19 h,
  • d’irriguer les cultures de maïs fourrager de 11 h à 19 h,
  • d’irriguer les cultures maraîchères, les cultures arboricoles fruitières, les cultures de plantes à parfums, aromatiques et médicinales et les pépinières, de 13 h à 21 h,
  • d’irriguer les terrains de golf de 11 h à 19 h,
  • l'alimentation en eau des canaux de microcentrales sur le cours d'eau de la Colagne (entre le barrage de Charpal et la station limnimétrique du Monastier Pin-Moriès),
  • l’alimentation en eau des « rases » à partir du cours d'eau de la Colagne (entre le barrage de Charpal et la station limnimétrique du Monastier Pin-Moriès).

 

En dehors de la période d’interdiction quotidienne d’irrigation des prairies, l’alimentation en eau des « rases » est permise sous réserve du maintien, dans le cours d’eau à l’aval de la prise d’eau, d’un débit égal a minima au dixième du module du ruisseau garantissant la vie de la faune aquatique présente dans celui-ci.