Archives communiqués de presse

Sécheresse : la situation se dégrade sur l'ensemble du département

 
 
Gorges du Chassezac

Tous les bassins versants, à l’exception de celui de la Colagne, sont désormais passés sous le seuil d’alerte renforcée.

La situation hydrologique de la première quinzaine d'août montre une baisse importante des débits sur l'ensemble du département. Tous les bassins versants, à l’exception de celui de la Colagne, sont désormais passés sous le seuil d’alerte renforcée.

Le classement en alerte renforcée a pour conséquence l’augmentation des mesures de restrictions des usages déjà en vigueur en situation précédente d’alerte (détaillées en annexe de l'arrêté préfectoral consultable en mairie et sur le site Internet des services de l'état en Lozère). Outre les mesures prises pendant la période d’alerte, sont interdites les activités suivantes :

 usages non économiques

- l’alimentation en eau des canaux à titre d’agrément, en particulier ceux desservant les anciens moulins (une attention particulière sera donnée à ces opérations afin de ne pas porter préjudice à la faune piscicole lors de la fermeture de ces canaux),

- l’arrosage des terrains de sport et des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics les :

  • mardis, jeudis, samedis et dimanches toute la journée,
  • les lundis, mercredis et vendredis de 11 heures à 19 heures.

usages économiques

- le lavage des véhicules dans les installations commerciales tous les jours sauf les samedis, hormis celles équipées d’un lavage haute pression.

- l’alimentation en eau des « rases » sauf nécessité pour l’abreuvement des animaux,

- l’irrigation des prairies par aspersion les samedis et dimanches et de 9 heures à 21 heures les autres jours de la semaine,

- l’irrigation des cultures de maïs fourrager les samedis et dimanches et de 9 heures à 21 heures les autres jours de la semaine,

- l’irrigation des cultures maraîchères, des cultures arboricoles fruitières, des cultures de plantes à parfums, aromatiques et médicinales et des pépinières, de 8 heures à 12 heures et de 13 heures à 21 heures,

-l’irrigation des terrains de golf de 9 heures à 21 heures.

Par dérogation, sont autorisées les activités mentionnées ci-dessus dès lors qu'elles sont alimentées à partir de citernes ou réservoirs d'eau déconnectés des réseaux d'adduction d'eau, des cours d'eau et des sources.

Ces restrictions sont nécessaires car les milieux aquatiques sont actuellement très fragilisés et les conséquences sur les écosystèmes peuvent être nombreuses, notamment en raison d'un impact amplifié des rejets urbains ou industriels lié à une moindre dilution et des prélèvements accentuant la baisse des débits.

S’agissant de la problématique eau potable, toute situation de pénurie doit être signalée à la délégation de l’agence régionale de santé par les responsables de réseaux (tél : 04 66 49 40 70, ars-dt48-sante-environnement@ars.sante.fr ). Celle-ci se tient à leur disposition pour leur apporter assistance technique en matière de recherche de solutions palliatives. Par ailleurs, il est conseillé, lorsqu’une alternative existe, de ne pas abreuver le bétail à partir du réseau de distribution publique d’eau potable afin de ne pas aggraver la situation.

La direction départementale des territoires (DDT), chargée de la police de l'eau, contrôle les débits deux fois par semaine. Cette fréquence d’actualisation permet une visualisation en temps réel des variations des débits des rivières. En cas de passage de l’un des débits de référence sous un seuil de l’arrêté préfectoral, le préfet pourra ainsi décider de l’opportunité d’un déclenchement des mesures de restriction correspondantes pour le bassin versant concerné.