Présentation en image de l'atelier des Territoires des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses

 
 
Présentation en image de l'atelier des Territoires des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses

Situé au sein du parc national des Cévennes, dans un territoire inscrit par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité au titre du paysage culturel de l’agropastoralisme méditerranéen, site classé depuis 2002, candidat au label Grand Site de France et premier site touristique de Lozère (autour d’1 million de visiteurs par an), le territoire des gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses possède des atouts exceptionnels. Pourtant ce territoire, peu peuplé, aux moyens très limités, présente aujourd’hui des signes de déclin.

Après avoir été pré-sélectionné dans le cadre de l'appel à candidature de l'Atelier national "Territoires en mutation exposés aux risques" lancé au printemps 2013 par la DGALN et la DGPR, le territoire des gorges du Tarn et de la Jonte n'a finalement pas été retenu, malgré la qualité reconnue du dossier.

Pour autant le rassemblement des différents acteurs du territoire, début 2013, autour de cette candidature, a permis d'initier une réelle dynamique et a donné de l’espoir aux décideurs, qui ont alors exprimé leur volonté de dépasser les difficultés et d'engager une réflexion globale sur le territoire.

Des financements ont été obtenus auprès de l’Etat pour la mise place d’un atelier des territoires. Le périmètre choisi est celui des communes du syndicat mixte sans pour autant s’interdire toute réflexion mobilisant un territoire plus large (gorges et plateaux, communes des causses, villes portes, etc.).

La DDT a donc lancé fin 2014 une consultation pour une « Mission d'animation et d’élaboration d’une stratégie d’aménagement et de développement visant à favoriser l’émergence d’un projet de territoire à partir du territoire du Syndicat mixte du Grand Site des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses ». Cette consultation a permis de choisir une équipe de trois cabinets aux compétences complémentaires :

  •  Claude Allet, de Allisten Management
  •  Béatrice de Abreu, de BRL Ingénierie
  •  Emmanuel Guillemet, paysagiste DPLG

La méthodologie propre aux ateliers consiste à s’appuyer sur les projets du territoire pour fixer, ensuite, des axes de développement.

L’Atelier du territoire vise à ce que les acteurs du territoire construisent ensemble une stratégie de développement et imaginent des solutions nouvelles aux problèmes qu’ils rencontrent. Il ne s’agit pas d’une étude. Le cabinet chargé de l’animation ne propose pas ses solutions, mais aide les participants à imaginer et bâtir les leurs.

La démarche a débuté le 16 janvier 2015 à Sainte-Enimie par une réunion de lancement en présence du Préfet de Lozère et du Président du Département. Elle s’est déroulée en plusieurs étapes successives.

La 1ère étape a consisté pour l’équipe de consultants à visiter le territoire, en vue d’apporter un regard neuf sur les réalités vécues par ses habitants.

La 2ème étape a été une phase d’écoute. Les consultants ont conduit 44 entretiens avec les élus et des acteurs socio-économiques du territoire qui se sont exprimés sur leurs perceptions de la situation du territoire, des évolutions des vingt dernières années, des problèmes qu’ils rencontrent.

Cette étape s’est conclue par une réunion de l’atelier le 7 avril 2015 à Meyrueis afin de présenter la synthèse de ces entretiens. Les élus ont ainsi pu réagir aux éléments de diagnostic et se prononcer sur les facteurs déterminants pour l’avenir de leur territoire.

La 3ème étape a consisté à animer 2 ateliers de prospective.

Lors de la séance du 28 avril 2015 au Massegros, les participants ont réfléchi en sous-groupes afin de construire plusieurs futurs possibles avec la méthode des scénarios.

Le caractère « souhaitables » ou « non souhaitables » des scénarios élaborés a fait l’objet d’une séance le 18 mai 2015 à Sainte-Enimie. Les échanges ont permis de mettre en évidence les enjeux à maîtriser et de dégager 4 thèmes :

1. Définir un fil conducteur, un positionnement du territoire

2. Simplifier l’organisation du territoire pour assurer une couverture adaptée de services publics

3. Travailler avec les services de l’État pour appliquer efficacement les réglementations au plus près des réalités du territoire

4. S’unir et mobiliser les acteurs publics et privés pour monter ensemble des projets.

Sur la base de ces thèmes, la 4ème étape a associé élus et acteurs socio-professionnels dans des ateliers thématiques, organisés en 2 sessions. La session du 4 juin 2015 à Ispagnac, dite de créativité, a permis de dégager des pistes d’action et la session du 18 juin 2015 au Massegros, a pu être consacrée à la mise en œuvre des actions ainsi identifiées.

La 5ème étape a pris la forme d’une rencontre autour des projets le 15 septembre 2015 à Sainte-Enimie, articulée autour de témoignages (témoignages de M. Malaval, maire de Langogne, sur l’Atelier Montagne de la Communauté de Communes du Haut-Allier et de M. Legrand, du Conseil Départemental, sur les démarches de développement territorial dans le contexte lozérien) et de travail sur cartes, où chacun a fait connaître ses projets, avec l’ambition de resituer les actions de chacun dans un projet de territoire. Parmi ces projets, les participants ont choisi des opérations, sur lesquelles l’équipe de consultants a réalisé des 5 « zooms illustratifs ».

Les 5 « zooms illustratifs » ont été présentés lors de la 6ème étape à Saint-Pierre-des-Tripiers le 24 novembre 2015 :

1- Conception d’un pôle de valorisation des producteurs autour de Quézac

2- Faisabilité de création d’une navette pour réduire l’usage de la voiture et faciliter la randonnée dans les gorges

3- Optimiser les grands itinéraires de découverte

4- Site du point sublime : approche paysagère

5- Site de la parade : approche paysagère

Cet atelier a également permis d’affiner le projet de territoire en priorisant les projets et actions identifiés et d’évoquer le plan de développement.

La 7ème étape de l’atelier a ainsi permis aux élus et acteurs socio-professionnels d’amender et de valider le projet de plan de développement. Le plan de développement se veut un document qui réunit le positionnement (une identité à défendre) pour le territoire, commun à tous, et la stratégie du territoire qui repose sur ce positionnement à développer via des actions concrètes réalisables, reproductibles et qui vont dans le sens de l’intérêt commun. 8 orientations déclinées en programme d’actions prioritaires ont été identifiées, sur la base duquel des groupes de travail ont commencé à se constituer.

Un pacte de développement, entre les acteurs du territoire des Gorges du Tarn, de la Jonte, des Causses est proposé. C’est un outil pour formaliser le portage de la démarche et commencer à constituer des groupes de travail sur les projets qui ont plu et qui semblent faciles à démarrer.

L’atelier des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses s’achève donc. Les élus ont souligné le bénéfice apporté par la démarche en termes d’échanges entre les élus du territoire. Il s’agit donc maintenant de faire vivre le projet de territoire ainsi construit.