La mixité des métiers : on en parle en Lozère !

 
 
.

Dans le cadre d'une semaine pour l'égalité professionnelle, le CIDFF en partenariat avec la DDCSPP, les services départementaux de l'éducation nationale et le Conseil départemental a organisé une journée de réflexion autour de la mixité des métiers, en présence de Sylvie CROMER, chercheuse d'envergure nationale, spécialiste des questions de l'égalité femme/hommes.

Le préfet a souhaité lancer ces travaux dans une dynamique résolument positive et volontariste.

Dans son discours d'ouverture, il insistait notamment sur le chemin déjà parcouru en matière d'égalité professionnelle en citant quelques exemples :

En 2014, la France est passée en seulement un an de la 45ème à la 16ème place du classement du Forum économique mondial sur l’égalité entre les femmes et les hommes.
Depuis 2015, la France est pour la première fois au premier rang européen en matière de féminisation des instances dirigeantes des entreprises.
Cette même année, les inégalités de salaires ont diminué deux fois plus vite en France que dans le reste de l’Europe.

Pour autant, il insistait ensuite sur la nécessité de poursuivre les efforts déjà entrepris, notamment en matière de mixité des métiers.
En effet, l’emploi féminin se concentre actuellement dans douze familles professionnelles sur un total de 87. Certaines professions sont particulièrement marquées par une désaffection des hommes tandis que d’autres ne laissent aucune place aux femmes.

Ce sujet était justement celui de l'intervention très didactique et appréciée de Sylvie Cromer qui a très clairement démontré comment les inégalités professionnelles avaient des origines historiques et culturelles, transmises aux enfants dès le plus jeune âge, à l'école, dans les jouets...

L'après-midi était consacrée à deux ateliers permettant aux participants de réfléchir aux moyens de favoriser la mixité des métiers et d'agir sur les orientations professionnelles.

A l'issue de cette journée, des pistes de travail très concrètes ont pu être retenues, qui seront portées par un groupe de travail réunissant l'ensemble des partenaires impliqués et dont les premières actions seront conduites en 2017.