Exercice de sécurité civile de déploiement du centre d’accueil des familles

 
 
Exercice de sécurité civile de déploiement du centre d’accueil des familles

Toute l’année, la préfecture de la Lozère organise des exercices de sécurité civile.

Depuis la loi de modernisation de la sécurité civile, l’entraînement est devenu une obligation permanente qui s’impose à tous, fonctionnaires civils ou militaires, industriels, opérateurs publics et privés, élus, médias ou simples citoyens.

Ce jeudi 30 janvier 2020, la préfecture de la Lozère a organisé, à la halle Saint-Jean, un exercice de grande ampleur destiné à tester le centre d’accueil des familles (CAF), et plus particulièrement le montage physique du CAF ainsi que l’organisation, l’interconnexion et la complémentarité des services quant à la prise en charge des familles de victimes.

Le scénario et les objectifs recherchés

L’exercice a été mis en œuvre à partir d’un phénomène d’origine naturelle (chute de blocs) qui a eu lieu en fin de matinée du 30 janvier 2020 au niveau de Sainte-Énimie, sur le site de pleine nature. L’évènement se déroulait sur une zone où un groupe de jeunes d’une école de kinésithérapie de Montpellier était en semaine d’intégration.

42 victimes étaient recensées sur site.

Après de nombreux appels téléphoniques de familles, Madame la Préfète identifiée en tant que directrice des opérations, a demandé l’ouverture du CAF afin de gérer l’afflux de personnes (parents, famille, amis…) en provenance de divers lieux.

Chronologie des interventions

Seul le CAF a été joué. Les autres rôles étaient tenus par la cellule d’animation.

  • Prise en charge des familles en fonction de leurs « problèmes » : Les personnes sont venues au sein du CAF, soit parce qu’elles ont été « refoulées » sur le site de l’accident, soit parce qu’elles ont été prévenues de l’ouverture de la structure par la cellule d’information du public.
  • Passage de la liste unique des victimes (LUV) du procureur de la République vers le CAF : une liste initiale des jeunes impliqués dans cette catastrophe a été transmise au service (liste reçue de la direction du centre). La LUV a été transmise par le procureur aux forces de l’ordre qui étaient sur le site du CAF. La liste complète des victimes n’a été connue qu’à la fin de l’exercice.

Passage des informations du CAF vers le terrain : la cellule d’animation a transmis les informations concernant les victimes au procureur au fur et à mesure de l’avancée de l’exercice (une nouvelle liste a été transmise chaque demi-heure). L’animation a joué également les correspondants sur le terrain de l’équipe d’identification présente au CAF (circulation de l’information, corrélation entre les descriptions des victimes fournies par les familles aux personnels présents sur le site du CAF et le terrain).

Le retour d’expérience sera d’une certaine façon la phase la plus importante de l’exercice : lors de la phase de montage du CAF, les participants ont pu ajuster les rôles des différents services, établir le meilleur positionnement pour chacun ainsi que modifier les pratiques et identifier les besoins des uns et des autres.

L’objectif de cet exercice était en premier lieu de monter physiquement le CAF puis, dans un second temps, d’apprécier l’organisation, l’interconnexion et la complémentarité des services quant à la prise en charge des familles de victimes afin de remédier aux conséquences d’un évènement majeur provoquant un grand nombre de victimes en prenant en compte les impératifs.

Plus d'informations dans le dossier de presse .