Bilan de la délinquance 2014

 
 

Les principales données de la délinquance lozérienne se présentent favorablement en 2014.

Typologie des phénomènes de délinquance :

Les deux agrégats essentiels, celui des atteintes aux biens (AAB) et celui des atteintes volontaires à l’intégrité des personnes (AVIP), sont stables. En outre, leurs taux d’élucidation progressent.

Données départementales 48 Année 2013 Année 2014 Evolution
AAB constatées 1063 1056 - 0,66 %
AAB élucidées 19 % 24 % + 5 points
AVIP constatées 294 294 égalité
AVIP élucidées 85 % 91 % + 6 points

Cette évolution se traduit logiquement sur l’agrégat de la délinquance de proximité, en baisse : -9,12 % soit 528 faits constatés.

Selon la même tendance, les escroqueries et infractions économiques et financières (EIEF) reculent légèrement, de 1,21 %. Ce recul peut s’expliquer par la sensibilisation faite par les forces de l’ordre et les services de l’Etat aux modus operandi des escroqueries constatées dans le département via internet notamment.

Contrairement à l’année précédente, les « comportements portant atteinte à la tranquillité publique » (violences urbaines, dégradations volontaires, violences envers les dépositaires de l’autorité, rixes, tapages...) sont en augmentation tant en zone de gendarmerie qu’en zone de police.

Approche géographique :

Cette année encore, la délinquance en Lozère se concentre davantage dans les principales agglomérations du département, au-delà des ratios de population de chaque territoire.

  Part de la population 48 Ratio des AVIP Ratio des AAB Ratio des EIEF
Compagnie de gendarmerie de Mende 67 % 52 % 54 % 56 %
Compagnie de gendarmerie de Florac 17 % 12 % 14 % 11 %
DDSP 48 – commune de Mende 16 % 35 % 29 % 16 %
Escadron départemental de sécurité routière --- 0 % 3 % 3 %

Les tendances des principaux agrégats

  • Stabilisation des atteintes aux biens (AAB) 

Avec 7 faits de moins par rapport à 2013, le bilan 2014 des atteintes aux biens est satisfaisant et consolide une situation déjà très favorable.

Notamment, les cambriolages enregistrent une diminution de 25 % pour se limiter à un total de 161 faits. La forte activité délinquante subie par les locaux financiers, industriels et commerciaux l’an dernier a été résorbée grâce à la mobilisation remarquable des forces de police et de gendarmerie en application du plan départemental de lutte contre les cambriolages de septembre 2013. Pour autant, on ne constate pas de phénomène de report de l’activité délinquante sur les cambriolages de locaux d’habitation (résidences principales et secondaires).

Les efforts déployés en 2014 pour lutter contre les atteintes aux biens et notamment les cambriolages se sont inscrits tant dans le cadre du plan départemental de sécurité des exploitations agricoles signé dans l’été par le commandant du groupement de gendarmerie départementale, que par la signature de protocoles de participation citoyenne entre le préfet et les maires des Salelles puis de Cultures. D’autres perspectives sont étudiées pour 2015.

A noter aussi la prolongation du dispositif d’alerte par SMS qui permet d’avertir les commerçants de tentatives de vols commises dans les environs. Ce sont 7600 SMS qui ont été crédités grâce à la participation financière de la chambre des métiers et de l’artisanat et de la chambre de commerce et de l’industrie. Ce dispositif opérationnel de prévention a montré son efficacité à plusieurs reprises.

Enfin, l’année 2014 se sera terminée par la signature du plan départemental de lutte contre les vols liés à l’automobile. Le diagnostic départemental a fait ressortir une majorité de vols à la roulotte et de vols d’accessoires sur véhicules à moteur immatriculés, loin devant les vols de véhicules. Depuis l’adoption du plan, 42 opérations ciblées ont déjà pu être conduites par la direction départementale de sécurité publique à Mende. Aucun trafic de vols liés aux véhicules n’a cours en Lozère à ce jour.

En matière de trafic, on retiendra cependant l’aboutissement d’une importante enquête menée par le commissariat de Mende, appuyé par le GIR du Languedoc-Roussillon et les douanes judiciaires. 9 individus ont été interpellés pour leur implication dans une vaste entreprise de revente de véhicules haut de gamme après falsification des compteurs kilométriques et réimmatriculation. Plus de 222.000 € d’avoirs criminels ont été saisis à cette occasion.

  •  Stabilisation des atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP) 

Leur niveau reste inchangé en 2014 avec 294 faits constatés. Il s’agit essentiellement de violences physiques non crapuleuses, parmi lesquels l’Etat marque une attention particulière aux violences intrafamiliales (VIF). Ces dernières sont en hausse en 2014 de près de 30 % et se manifestent surtout par des coups et blessures volontaires tandis que, fort heureusement, les viols sur majeur comme sur mineur ont disparu des statistiques (- 5 faits depuis 2013).

Données départementales 48

relatives aux VIF

Année 2013 Année 2014 Evolution
Coups et blessures volontaires 59 78 + 32 %
Viols sur majeurs 2 0 - 100 %
Viols sur mineurs 294 294 - 100 %
Coups et blessures volontaires sur mineurs de 15 ans 4 10 + 150 %

Les violences à dépositaire de l’autorité augmentent de 15 à 20 faits entre 2013 et 2014.

  • Diminution des escroqueries et infractions économiques et financières 

Le recul des escroqueries et infractions économiques et financières ne se dément pas en Lozère : -1,21 % faits constatés.

  • Recul de la délinquance des mineurs 

Contrairement à 2013, l’année 2014 constate une diminution de la délinquance des mineurs qui sont seulement 152 à être mis en cause dans des procédures pénales contre 187 en 2013, soit -19 %. La part des mineurs parmi les mis en cause passe à 14 % (20 % en 2013 et 16 % en 2012). Les infractions commises touchent essentiellement à la législation sur les produits stupéfiants (39 faits constatés) et dans une moindre mesure aux destructions et dégradations de biens (18 faits).

C’est un signe très encourageant alors que, depuis 1 an, le programme d’actions n°1 du plan départemental de prévention de la délinquance 2013-2017 définit les orientations permettant de lutter contre ce phénomène. A cet égard, le renouvellement des municipalités en mars 2014 a été l’occasion de confirmer ou de redynamiser les 5 conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance constitués en Lozère. Une première réunion du réseau des coordonnateurs de ces instances a été organisée en préfecture début octobre et les échanges ont mis en lumière la priorité donnée unanimement à la jeunesse.

  • Hausse de l’activité des forces de l’ordre 

Les services de police et de gendarmerie ont été très mobilisés pour assurer la sécurité de la population sur le terrain tout au long de l’année 2014. Cette forte présence se traduit dans l’indicateur des infractions relevées par l’activité des services qui s’élève à 341 faits constatés (+ 13,67%). Il s’agit principalement d’infractions à la législation sur les produits stupéfiants dont plusieurs opérations de contrôle ont donné des résultats impressionnants :

- lundi 14 avril : 30 personnes interpellées sur tout le département par la gendarmerie qui a saisi 2,8 kilos de résine de cannabis et 1 kilo de tête de cannabis,

- les 16 juin et 22 juillet : 28 personnes interpellées et 250 grammes de résine saisis

- les 26 novembre et 2 décembre : 26 personnes interpellées et une saisine de 40 grammes de cocaïne, 85 grammes de résine de cannabis et 30 grammes d’herbes de cannabis.

  • Renforcement de la lutte contre le terrorisme et de la prévention de la radicalisation 

Dès l’automne 2014, avant même les attentats de janvier 2015, les services de l’Etat en Lozère se sont organisés pour garantir au mieux la sécurité quotidienne des citoyens et de leurs lieux de vie. Le plan départemental Vigipirate est suivi attentivement pour sécuriser notamment les principaux points de rassemblement, d’activité économique et institutions. La constitution d’une cellule inter-services de suivi et de prévention de la radicalisation en octobre permet d’apporter une réponse rapide et coordonnée à toute situation qui est signalée. Cette vigilance est pérennisée en 2015 avec la possibilité nouvelle de mobiliser sur cette thématique, le fonds interministériel de prévention de la délinquance pour des actions destinées à prévenir la radicalisation.